Maman

Avant d’avoir un bébé j’avais des principes

24 octobre 2017
principes jeune maman

On connait tous cette phrase « avant j’avais des principes maintenant j’ai des enfants », elle nous fait un peu sourire mais une fois qu’on est parent elle prend tout son sens. Avoir un enfant remet en question toutes ces jolies idées que l’on avait sur l’éducation et la maternité. Il est bien difficile de prévoir avec exactitude comment nous serons avec notre enfant. Pour ma part, je me sens beaucoup plus tolérante et indulgente, envers ces mamans qui font tout leur possible pour calmer leur bébé qui hurle en plein magasin, pour gérer plusieurs enfants lors d’un trajet en train, qui occasionnellement dérogent à leurs règles pour s’octroyer un instant de calme et de repos…

La maternité m’a beaucoup changée et si peu à la fois, mais je suis heureuse de voir que je suis devenue encore  plus bienveillante depuis la naissance de mon fils, avec un bébé qui débarque dans sa vie, on se rend vite compte qu’il faut faire des concessions, tester, se planter, trouver une autre méthode. Un enfant est loin d’être un robot qui fonctionne avec un bouton on/off, c’est un petit être plein d’amour et d’émotion, imprévisible et spontané, avec ses propres envies et déjà sa propre personnalité. On a le droit de galérer, de ne pas toujours savoir comment gérer la situation, il faut parfois accepter de ne pas tout contrôler. J’avais beaucoup aimé l’article de Clarisse à ce propos.

J’avais envie dans cet article de vous livrer les quelques point, qui me font parfois sourire quand je repense aux propos que j’ai pu tenir dans le passé. Et je ne suis qu’au début, mon bébé n’a que 10 mois, j’imagine que d’autres principes passeront également à la trappe dans les années à venir. J’avais lu des articles de ce genre pendant ma grossesse en me disant que moi mes principes je m’y tiendrai, ahaha la bonne blague, nous voilà quelques mois plus tard et la réalité a rattrapé la fiction.

▲▼▲

Mes illusions d’autrefois

  • J’aurai une grossesse heureuse et épanouie, ça n’a pas été le cas, j’ai eu une grossesse difficile et écourtée. Je faisais partie de celles qui disaient « la grossesse n’est pas une maladie » et je ne comprenais pas quand je voyais une femme enceinte pas très épanouie ou ne resplendissant pas de bonheur. Puis je suis tombée enceinte, entre les nausées, le décollement de placenta, la peur de la fausse couche, l’amniocentèse, les chutes de tensions, la prééclampsie on peut dire que ma grossesse n’a pas été de tout repos. d’autant plus que je n’ai pas mené cette grossesse à son terme, je n’ai pas pris de poids, je n’ai pas eu de ventre bien rond et que je n’ai pas eu le temps d’en profiter.
  • J’aimerai mon enfant au premier regard, comme dans les films et dans certains témoignages. Pour moi ça a été plus long, sûrement à cause de sa naissance prématurée, en urgence, à pile 6 mois de grossesse. J’ai du apprendre à l’aimer et réaliser que ce micro bébé était bien le mien. Après sa naissance plus les jours passaient plus je réalisais, je me l’appropriais, plus je l’aimais. Il n’y a pas eu de coup de foudre, mais une fois installé, c’est un amour inconditionnel et puissant qui nous lie désormais.
  • Mon bébé sera toujours bien habillé, entre les cadeaux pas forcement à notre goût et les vêtements récupéré des cousins, notre fils n’est pas toujours habillé 100% à notre goût. Surtout, en tant qu’adepte du vomi à toute heure de la journée, il a besoin d’avoir pas mal de vêtements de change, dans ces cas là on est bien contents d’avoir des bodys de secours ou un pantalon de rechange. J’adore les jolis photos de bébés habillés tout en blanc ou en lin, sans aucune tâche, mais chez nous ce n’est pas possible.
  • Bébé n’aura que des jouets en bois, il en a quelques uns, il arrive maintenant à jouer avec. Mais au tout début c’était simplement impossible, il n’arrivait pas à les soulever et préférait de loin mordiller Sophie la Girafe.
  • Un bébé ça n’a pas besoin de grand chose, certes, il n’a ni table à langer ni parc mais il faut reconnaitre qu’on a acheté bien plus de choses que prévu. Entre les petites choses mignonnes et les autres qu’on achète en se disant que ça serait sûrement utile on se retrouve vite entourés de choses dédiées à bébé. Comme tous les parents on a envie de bien faire, au fond on sait que ce qu’on va acheter n’est pas indispensable mais ça rassure. Comme la petite baignoire pliable qu’on a achetée juste après sa naissance, alors qu’au quotidien, on ne s’en sert pas, elle aura peut-être plus d’utilité quand il tiendra assis mais pour l’instant le bain c’est allongé au fond de la grande baignoire.
  • Je serai 100% dévouée à mon enfant, c’est vrai la majorité du temps. Mais j’ai aussi réalisé que si je voulais être au top avec bébé il fallait aussi que je me repose (pendant ses siestes), que je prenne du temps pour moi. Je ne suis pas que maman, même si j’adore mon nouveau rôle.
  • J’aurai un accouchement naturel, j’y ai longtemps cru, mais la nature en décide parfois autrement. Je pense qu’il est important quand on est enceinte d’envisager les autres possibilités, de mon côté je n’ai jamais pensé sérieusement que je pourrais avoir une césarienne (et encore moins en urgence), je rêvais d’un bel accouchement douloureux , sans péridurale.
  • Bébé se tiendra calmement et ne hurlera pas en public, qui n’a jamais regardé de travers une maman dont le bébé hurle dans un lieu public (restaurant, magasin…)? En vrai ça peut arriver à tout le monde, bébé n’est pas une machine, il a ses propres émotions et/ou douleurs. Au début j’étais gênée les rares fois où ça arrivait, alors qu’en vrai je n’y étais pour rien, je faisais juste de mon mieux pour calmer mon fils et comprendre la raison de ses pleurs.
  • Je ferai de l’haptonomie et la méthode Bonapace, j’aurais bien aimé. L’haptonomie ne se pratiquait pas à côté de chez moi, mais j’ai trouvé une super sage-femme pour la méthode Bonapace, malheureusement j’ai accouché quelques jours avant de commencer les cours de préparation.
  • J’allaiterai mon enfant au moins jusqu’à ses 1 an,aussi simple que ça,  encore une fois la nature en a décidé autrement. J’ai tiré mon lait pendant 6 mois, allaiter un grand prématuré n’est pas une tâche facile, bébé ne pouvant être mis au sein au début. Après 6 mois je n’ai plus réussi a lui fournir la quantité dont il avait besoin, malgré un nombre de tirages important, nous avons donc basculé petit à petit vers du lait en poudre.
  • Un bébé ça s’adapte, il suivra partout. En soit bébé nous suit presque partout, mais il a également son propre rythme et quand on le chamboule bébé n’est pas bien. Il a besoin de sa routine, de ses heures de siestes, dans son lit.
  • Je n’utiliserai que des couches lavables. En réalité nous utilisons les deux, tout dépend des jours, du programme, de notre motivation. Certes les couches jetables sont moins écologiques mais on en trouve quand même des biodégradables et avec une bonne composition.
  • Bébé n’ira jamais au supermarché. Ce n’est pas sa place, je n’ai pas envie de le voir courir partout, piquer des crises… En réalité, il m’est arrivé à de rares occasions d’y aller avec lui. Nous faisons la majorité de nos courses en drive, mais il arrive parfois qu’il me manque un ingrédient et qu’il n’y ait personne pour garder bébé. Et au final tout se passe bien, il n’y a jamais eu de soucis de comportement au supermarché, mais c’est clairement quelque chose qu’on limite au maximum.
  • Je perdrai mes kilos de grossesse ultra rapidement. Une bien belle idée. Je n’ai pas pris de poids durant ma grossesse mais je me suis bien rattrapée après, la prééclampsie, l’hospitalisation, le stress et l’allaitement on ajouté 10kg au compteur. Et je n’ai toujours rien perdu, 10 mois après.
  • Je ferai tous les petits pots de bébé. Et bien non, tout n’est pas fait maison,  il m’arrive de lui donner des petits pots industriels (mais bio). Surtout qu’avec les toutes petites quantités qu’il mange ce n’est parfois pas rentable de tout faire soi-même. La majorité de son alimentation est tout de même faite par mes soins.
  • Pas de cododo! Comme beaucoup de mamans, j’ai été alertée par l’aspect dangereux que peut avoir le cododo lors de ma grossesse. Mais dans notre cas ça nous a bien aidé. En rentrant de l’hôpital bébé avait encore beaucoup besoin de peau à peau et bien souvent c’était dans notre lit pendant sa sieste. J’étais bien contente de pouvoir me reposer en le sachant en sécurité contre moi. Les premiers mois à son retour à la maison, son papa était absent la semaine donc après le biberon de 5h ou 6h du matin il m’arrivait aussi de laisser bébé dans le lit avec moi en attendant le prochain repas. Je posais bébé bien au milieu du lit, sans oreillers autour de lui ou de couette. Mais par contre il n’a jamais fait de nuit entière avec nous, nous n’aurions pas été rassurés.
  • J’aurai une super organisation, je ne serai jamais débordée. Je trouve que je m’en sort encore pas trop mal, mais c’est un rythme à prendre. Les débuts sont parfois difficiles mais passés les trois premiers mois on commence à trouver une organisation et sortir la tête de l’eau. Et puis il y a des jours où je n’ai juste pas envie, et alors? Ça attendra bien demain!

▲▼▲

Les petits principes qui tiennent encore

  • Pas de télé et/ou écrans, c’est vraiment quelque chose pour lequel je suis intransigeante, bébé a largement le temps avant de découvrir tout ça. Mais on voit bien que c’est quelque chose qui l’attire, quand il voit la lumière d’un écran de téléphone ou d’ordinateur, il le fixe. Du coup nous faisons attention à ne pas lui mettre d’écrans dans son champs de vision.
  • On pratiquera la motricité libre, nous ne voulions pas de parc, de trotteur et tous ces accessoires pouvant entraver la mobilité de bébé, pour l’instant rien de tout ça ne nous manque, nous nous en passons très bien et notre fils ne semble pas s’en plaindre.
  • Bébé écoutera de la musique, nous aimons tous les deux beaucoup la musique que nous avons aussi pratiquée pendant de nombreuses années. Bien avant sa naissance nous étions d’accord pour assurer l’éveil musical de bébé. Chaque jour, nous lui mettons de la musique, classique, rock, reggae…en essayant cependant de ne pas nuire à ses moments de repos et de calme.
  • Je dirai à bébé que je l’aime, il nous semble très important que bébé se sente aimé. Nous ne venons pas de famille dans lesquelles cela se dit facilement, c’est pourquoi j’essaie régulièrement de prendre un instant rien que pour nous deux, pour lui faire un câlin et lui dire que je l’aime.
  • Bébé mangera bio, pratiquement tout ce que mange bébé est bio, son lait est bio, les légumes et fruits que nous achetons le sont aussi. On trouve également beaucoup de produits bio pour bébé, notamment chez Babybio, Hipp, Good Goût…et beaucoup d’autres marques disponibles en magasins bio, supermarchés ou internet. Le reste n’est pas certifié bio mais ça vient du jardin de papy!
  • Je ne crierai pas sur mon enfant, ce n’est pour l’instant jamais arrivé, moi qui suis une éternelle impatiente, j’ai découvert avec la maternité une réelle patience pour tout ce qui concerne mon fils, j’arrive sans problème à garder mon calme et maitriser mes émotions quand il pourrait me faire perdre mes moyens.

▲▼▲

J’oublie sûrement quelques autres principes que j’ai pu avoir mais ça me donnera peut-être l’occasion de faire un deuxième article à ce sujet. Une chose est sûre, être maman, c’est se remettre en question tous les jours, apprendre de son enfant et grandir avec lui. Être maman, sa maman, c’est ce qui me rend le plus heureuse, c’est une grosse dose d’amour  et de bonheur au quotidien. Avant ma grossesse je n’aurais jamais pu imaginer tout ce que ce bébé allait m’apporter, on ne s’en rend compte qu’en le vivant.

Enregistrer

2 commentaires

  • Répondre Les Délices de Framboise 27 octobre 2017 à 15 h 45 min

    ah ça !! j’ai appris une chose en devenant maman : c’est qu’avec les enfants, ce n’est jamais comme on l’avait espéré. Quelque part c’est ça qui fait que la vie est pleine de surprises et enrichissante avec eux.
    Bisous

  • Répondre amandine 30 octobre 2017 à 15 h 08 min

    c’est tout à fait juste et en tant que maman de 2 enfants, le deuxième c’est encore pire, on oublie tout et on est encore plus laxiste. je me retouve assez dans la plus part de l’article. la maternité et devenir maman on été les plus belles choses de ma vie et je m’épanouie grâce à cela. Finalement le plus dure c’est de faire entendre aux autres que nous faisons ce que nous estimons juste pour notre enfant car nous sommes ces parents et que nous ne sommes pas obliger de rentrer dans les cases

  • Laisser un commentaire